techniques de bondage

Comment pratiquer le bondage et par où commencer ?

Longtemps jugée comme une pratique subversive, confinée et réservée aux cercles BDSM, le bondage s’est étendu au grand public, notamment en raison de la littérature érotique et des récents films à succès. Que vous souhaitiez tester le bondage pour avoir une nouvelle expérience, transgresser votre quotidien ou explorer une pratique aussi sexuelle qu’artistique, il est à faire tout en douceur et en connaissance de causes. Zoom sur ce que vous devez savoir avant de débuter et d’être bien ficelé.e

Qu’est-ce que le bondage ?

Pratique sexuelle dans laquelle un des partenaires est attaché, le bondage fait partie des pratiques BDSM à l’instar de la domination, de la soumission, du sadisme et du masochisme. Il consiste plus précisément à restreindre physiquement son partenaire à l’aide de cordes, de chaînes, ou encore de bâillons.

Et le bondage est tout un art, en particulier le shibari qui en est une de ses formes. Correspondant à l’art d’attacher pour le plaisir, le shibari est autant considéré comme une pratique artistique que sexuelle.

Art ancestral japonais pratiqué depuis le 15ème siècle, le shibari peut être considéré comme la première forme de bondage. Mais, il n’a pas toujours été associé au plaisir. A l’origine, le shibari est un art martial consistant à attacher les prisonniers avec des cordes en les nouant d’une telle manière qu’ils ne puissent pas s’échapper. Il était donc un supplice infligé aux esclaves.

Sauf que le supplice s’est vite transformé en plaisir ! Et pour cause, ceux qui attachaient et comprimaient avec des cordes leurs esclaves avaient observé que ces derniers ressentaient des états d’extase à la compression de certaines artères et du manque d’oxygène.

C’est de cette manière que le bondage a progressivement fait des adeptes et est devenu une véritable pratique sexuelle. Par rapport au shibari, le bondage élargit aussi les accessoires de constriction du corps. En effet, si le shibari n’utilisait que des cordes, le bondage ne se prive pas : foulards, menottes, chaînes… Il n’a de limites que celles de l’imagination.

bondage pour debutant

Quelques impératifs avant la pratique

Une confiance aveugle en votre partenaire

Le bondage repose sur une relation de dominant.e (celui qui attache) et de dominé.e (celui qui est attaché). Il est donc primordial que ce rapport de domination / soumission soit consenti des deux côtés.

La confiance est ensuite fondamentale. Tout comme la communication entre les partenaires qui ne doivent pas hésiter à mettre en place un « safe word » (mot de sécurité) pour définir les limites à ne pas franchir.

Un nécessaire lâcher prise

Pas de bondage sans lâcher prise ! La personne qui choisit d’être dominée, et donc attachée, choisit tout autant la soumission que le lâcher prise. Ne vous lancez pas dans le bondage pour faire plaisir à votre partenaire ou si vous n’êtes pas à l’aise à l’idée d’être attaché.e et de ne plus avoir ni le contrôle de vos mouvements, ni de la situation.

Si vous êtes prêt.e.s à vous lancer mais que vous n’en avez jamais fait, sachez que les pratiquants réguliers évoquent que de la contrainte du corps, naît une liberté de l’esprit. Et que la jouissance du corps vient aussi avec la jouissance de l’esprit. Alors, laissez votre tête divaguer.

apprendre les techniques du bondage

Un partage du plaisir

Dans le bondage, chacun y trouve son compte. Le dominé prend plaisir à s’abandonner entièrement et à remettre son corps – et accessoirement sa survie – à l’autre. Il prend évidemment aussi du plaisir dans le fait d’être touché pendant qu’il est attaché. Quant au dominant, il est assez jouissif de voir l’autre lui offrir une confiance aveugle et le contrôle de son corps. C’est lui qui est l’unique décisionnaire de la tournure de la situation.

Et l’orgasme alors ? En d’autres termes, est-il possible d’avoir un orgasme sans stimulation de ses zones érogènes avec la seule conscription de son corps ? En quelque sorte, oui. D’un point de vue biologique, des hormones du plaisir comme la dopamine et les endorphines vont se libérer et ainsi procurer une sensation de bien être, voire d’extase, similaire à la sensation de l’orgasme sexuel.

Comment s’initier à la pratique du bondage ?

Vous voulez pratiquer le bondage en tant que débutant ? Suivez le guide pour prendre votre pied sans prendre le moindre risque. Car le bondage est une affaire à ne pas prendre à la légère.

Commencez doucement

Débutez sûrement mais doucement ! Vous pouvez par exemple commencer par nouer un foulard autour des mains de votre partenaire ou l’attacher à l’aide de menottes aux barreaux de votre lit. Voyez quelles sensations mutuelles vous ressentez et si l’expérience est concluante, allez plus loin.

La pratique du bondage peut en effet être plus ou moins poussée. Nul besoin de commencer avec un vacuum bed qui recouvre entièrement le corps de votre partenaire de latex, l’immobilisant entièrement en ne lui laissant qu’un petit espace pour respirer.

Cela étant dit, si vous avez envie de vous initier au bondage dans une version hard, renseignez-vous et prenez éventuellement des cours de nouages de cordes, bien qu’il ne soit pas nécessaire de connaître les noeuds pour attacher son partenaire. Il n’est pas non plus obligatoire de le ficeler intégralement. À chaque duo, revient le choix d’entraver les parties du corps de son choix.

Rappelez-vous simplement que le but du bondage n’est pas la souffrance mais le plaisir et la jouissance.

femme avec des dessous en cuir

Prenez des cours de nouages de cordes

Le bondage s’est étendu à tel point qu’il est possible de prendre des cours de nouages esthétiques de cordes. Des écoles enseignent l’art des cordes, Kinbaku et Shibari, deux pratiques esthétisantes du bondage. Ces cours ont certes une vocation esthétique, mais ils ont aussi l’objectif d’enseigner la pratique en toute sécurité.

Car il ne faut pas que la personne attachée risque des problèmes de circulation sanguine. Une mauvaise compression pourrait entraîner une perte de connaissance en seulement quelques minutes et des conséquences corporelles et cérébrales.

Il reste évidemment possible de faire du bondage chez soi sans prendre de cours. Il vous suffira de ne pas ficeler votre partenaire à l’extrême. Cela pourrait être désagréable pour la personne attachée, voire dangereux, et vous risqueriez d’avoir du mal à la détacher.

Procurez-vous des accessoires

Pour pratiquer le bondage, vous aurez besoin de quelques accessoires : cordes, menottes, corsets, combinaisons en latex, filets, chaînes, muselières, ruban adhésif, camisoles, sacs d’enfermement, ficelle… Le panel d’accessoires que vous pouvez utiliser est large. À vous de choisir vos préférés en fonction de vos envies.

Pour vous les procurer, les sex-shops sont une option mais concernant les cordes, chaînes et autres accessoires de ce type, tout bon magasin de bricolage fera l’affaire. En plus, vous passerez ni vu, ni connu…

1 réflexion sur “Comment pratiquer le bondage et par où commencer ?”

  1. Ping : Comment se déroule une séance de BDSM payante avec une domina ? - Paris derrière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *