Femme qui se touche dans son lit

L’orgasme féminin : la puissance orgasmique du clito !

Notre clitoris est un précieux trésor et il serait grand temps de le prendre en considération ! Ce délicat bouton de rose niché entre nos cuisses n’a l’air de rien comme ça, et pourtant… il fait des miracles ! Il est l’auteur de la plus belle jouissance du monde : l’orgasme féminin. Mais savez-vous réellement où se situe le clitoris et comment vous amuser avec ?

L’histoire du clitoris 

Il était une fois un petit organe magique qui vivait caché entre les jambes des femmes. Cet organe n’avait pas de nom et personne ne se souciait de son existence. Il attendait patiemment un geste d’affection… Il patienta des siècles et des siècles, tapi dans l’ombre des culottes de ces dames.

En 1492, Christophe Colomb découvrit l’Amérique, et en 1561, Realdo Colombo découvrit le clitoris. Il semblait que les hommes étaient davantage intéressés par la conquête du monde que par celle du plaisir féminin… Mais bon, mieux vaut tard que jamais pensa clitoris !

Si cette triste histoire ressemble à une mauvaise blague, elle est bien réelle, hélas ! Nous avons découvert l’Amérique avant le clito. 

Quelques années plutôt, en 1545, le Français Charles Estiennes – qui ne devait visiblement pas avoir les yeux en face des trous – avait déjà remarqué ce petit organe magique et lui avait attribué des fonctions urinaires. Dans son ouvrage De Re Anatomica, le chirurgien italien Colombo, lui, décrivait “un organe si joli et tellement utile”. On lui donna finalement raison ! 

Durant la Renaissance, on qualifia le clitoris de “verge de femme”. Au 20e siècle, il fut dénigré et rayé du dictionnaire entre 1930 et 1960. Heureusement, la révolution sexuelle remit le clitoris au goût du jour en le plaçant sur un piédestal. Toutefois, ce n’est que depuis 2017 qu’il apparaît enfin sur les manuels scolaires de science. Décidément, notre cher ami clitoris en aura parcouru du chemin pour obtenir la reconnaissance qu’il mérite !

Femme qui pose un doigt sur sa bouche

La taille et la position du clitoris 

Le clitoris est un organe présent chez tous les mammifères femelles, probablement en raison de son avantage reproductif. Des primatologues estiment que chez les premiers mammifères, une stimulation clitoridienne était nécessaire afin de déclencher l’ovulation. Chez certains animaux, le clitoris est si grand qu’il ressemble à un pénis ! C’est le cas de la hyène tachetée, dont le clitoris protubérant est entouré par deux grandes boules graisseuses. Il lui sert aussi à uriner et à accoucher !

Chez les humains, le gland du clitoris mesure en moyenne entre 0,5 et 1 cm. Il se situe sous un petit capuchon de peau, à l’extérieur de la vulve, au niveau du point de jonction des petites lèvres. Ne vous fiez pas à sa taille messieurs ! Ce que vous voyez n’est que la partie immergée de l’iceberg. En effet, il est composé d’une partie interne avec une double arche. Au total, le clitoris mesure 10 à 13 cm ! Si le clito se cache au lieu de se pavaner comme vos verges, c’est parce qu’il est modeste !

Une zone terriblement érogène… 

Au niveau anatomique, le clitoris et le penis sont assez similaires. Ils sont d’origine embryonnaire et sont constitués de tissus érectiles ainsi que de corps spongieux et caverneux. Ces derniers se remplissent de sang au moment de l’excitation sexuelle.

Le clitoris renferme 8 000 à 10 000 terminaisons nerveuses, soit plus du double du pénis qui possède entre 3000 et 4000. Et non, il n’y a pas que la taille qui compte, il y a les capteurs sensoriels aussi (surtout) ! Si notre clito est doté d’autant récepteurs, c’est sûrement parce qu’il est le seul organe humain dont l’unique fonction est la jouissance ! C’est à lui que nous devons la puissance de l’orgasme féminin !

Orange sanguine découpée en deux devant le pubis d'une femme

Un organe sensible à chérir à tout prix !

Avec toutes ces terminaisons nerveuses, notre clito est très très sensible, que ce soit en bien ou en mal. Nous devons donc tâcher de le chouchouter ! Il supporte mal les frottements, les matières synthétiques des sous-vêtements et les jeans trop serrés. Nous avons parfois tendance à le malmener quand nous nous rasons le maillot. Il suffit d’un coup de rasoir maladroit au niveau des grandes lèvres pour l’entailler. On ne badine pas avec le clito ! Cet organe peut également être la cible de mycoses ou d’herpès. 

Dans certaines cultures patriarcales où la jouissance féminine est diabolisée, des petites filles se font exciser très jeunes. Les individus qui les mutilent les privent de leur plaisir et les exposent à des risques d’infection et d’hémorragie. Le clitoris, symbole d’émancipation, est un sujet tabou et politique !

Comment stimuler son clitoris ?

Il existe de multiples façons de stimuler notre bouton de rose afin d’atteindre le 7e ciel ! Aujourd’hui, beaucoup de femmes utilisent des vibromasseurs et des aspirateurs à clitoris : leur effet est redoutable. Si vous n’avez pas envie d’investir dans des sextoys, sachez que vos mains feront l’affaire ! On peut parvenir à l’orgasme clitoridien en se caressant avec les doigts, face à un miroir, ou sur le ventre, pour plus de confort. Si vous avez un partenaire sexuel, celui-ci pourra vous donner du plaisir pendant des jeux coquins en touchant, en embrassant ou en léchant délicatement votre clito… Un délice !

Femme sous un drap avec un vibromasseur violet

Manifestations et sensations de l’orgasme féminin

Lors d’une stimulation du clitoris et des mamelons, le corps libère de l’ocytocine, l’hormone du plaisir et de l’attachement. Un bon point pour l’orgasme clitoridien et l’orgasme mammaire !

Il est plutôt facile de reconnaître l’orgasme chez la femme. Il se traduit par une série de contractions du vagin, de l’utérus et de l’anus, toutes les 8 secondes environ. Nous sommes traversées par une vague de chaleur et nous éprouvons une immense sensation de plénitude, comme si nous étions en transe. L’auréole de nos seins s’élargit, nos pupilles se dilatent, notre rythme cardiaque et notre respiration s’accélèrent.

En moyenne, un orgasme féminin dure 20 secondes. Il est plus long que l’orgasme masculin, mais aussi plus intense ! Saviez-vous que les femmes peuvent avoir plusieurs orgasmes au cours d’un même rapport sexuel ? Sous ses airs angéliques et discrets, le clitoris est capable de grandes choses ! C’est lui la source du plaisir féminin ! 

L’orgasme vaginal, un mythe qui mène la vie dure aux femmes 

Freud pensait avoir découvert le scoop du siècle quand il affirma qu’il existait deux types de femmes : les femmes clitoridiennes, dites “infantiles” ou “hystériques”, et les femmes vaginales, dites “adultes”. Pendant longtemps, nous avons tous gobé à ce mytho digne d’une légende urbaine… L’orgasme vaginal, plus difficile à donner, était considéré comme le graal chez la gent masculine et on diagnostiquait des troubles sexuels aux femmes qui ne parvenaient pas à l’atteindre. Serait-ce une des raisons pour lesquelles certaines d’entre elles ont tendance à simuler au lit ? Or, cette super info n’était qu’une grosse intox ! Il n’existe que des femmes clitoridiennes et donc, des orgasmes clitoridiens. Ils sont obtenus en stimulant le clitoris de façon externe (sur le gland) ou interne. Tout ça pour ça ! Merci Sigmund !

Deux positions pour atteindre rapidement l’orgasme clitoridien

Dans la position Andromaque, l’homme, allongé sur le lit, se fait chevaucher par la femme. Cette position permet d’exercer des frottements sur le clitoris ! Par ailleurs, c’est la femme qui effectue les mouvements de bassin. Elle peut ainsi choisir le rythme et la profondeur qui lui conviennent le mieux !

La seconde position du Kamasutra propice à l’orgasme féminin est la cuillère. La femme s’étend sur le côté, les genoux légèrement repliés, et l’homme se place derrière elle. En la pénétrant dans cette posture, il peut facilement la faire jouir en lui caressant l’abricot…

Maintenant que vous savez tout sur le minou, profitez-en pour prendre votre pied ! Et si les mystères de la jouissance vous fascinent, renseignez-vous sur l’orgasme prostatique, un orgasme qui vaut sacrément le détour lui aussi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *