Interview de Jules, escort boy

Jules, 35 ans, 1m82, 68 kg, yeux vert-brun, mince sportif, musicien et mélomane, passionné de cinéma. Voici quelques informations que nous avons pu lire sur le site Internet de Jules, escort boy depuis 2 ans à Paris. C’est sans tabou qu’il nous a raconté le reste.

Lou : L’escorting est aujourd’hui encore profondément genré dans le sens où la demande est majoritairement masculine et l’offre féminine. Y a-t-il quand même de la demande ?

Jules : C’est vrai qu’il y a beaucoup d’escorts femmes pour hommes et d’escorts hommes pour hommes mais moins d’escorts hommes pour femmes. Culturellement, on est dans une société patriarcale qui nous habitue moins à cette démarche là. Alors que cela fait longtemps que les hommes peuvent acheter le plaisir féminin mais c’est assez récent que les femmes peuvent s’offrir la réciproque. En ce sens là, être escort boy est assez féministe comme boulot. Il n’y a pas beaucoup de demandes mais j’ai l’impression que c’est en train d’évoluer.

Dans quel sens ?

De plus en plus de femmes se disent qu’elles peuvent avoir accès au plaisir en payant un professionnel. Même si, c’est encore assez tabou.

Mais n’est-ce-pas aussi tabou pour les hommes ? Personne ne dit ouvertement qu’il va voir une escort girl.

C’est peut-être aussi tabou mais beaucoup plus commun et admis dans ce sens là.

Homme qui fait du sport pour entretenir son physique.
Jules s’entraîne régulièrement pour maintenir une bonne condition physique et un bon cardio…
Tu te lances il y a deux ans, qu’est-ce qui t’a amené vers l’escorting ?

J’ai toujours été très curieux au sujet de la sexualité. J’ai écouté beaucoup de podcasts, gravité dans les milieux sexpo, libertin et BDSM, et fait pas mal d’ateliers autour du shibari. Et surtout, j’ai toujours admiré les femmes et aimé leur faire plaisir. Puis, j’ai quelques partenaires qui m’ont dit que j’étais vraiment doué pour faire plaisir et que je devrais être payé pour ça ! L’idée de satisfaire les envies et fantasmes d’une personne m’a bien plu et je me suis lancé. Et je me sens plutôt bien dans ma sexualité donc je suis content de la partager si cela peut être utile.

Aujourd’hui, cela représente combien de clientes par semaine ?

Je peux voir deux femmes par semaine mais en général, je n’en vois qu’une. Car il faut savoir que je suis en couple depuis un an, dans une relation ouverte, donc nous avons quand même fixé ensemble des règles à cette activité.

En théorie, l’escorting n’inclut pas automatiquement du sexe mais dans les faits, il y a toujours un rapport intime, non ?

Il est vrai que c’est toujours marqué « escort » ou « accompagnement » mais dans les faits, on me contacte pour du sexe. On ne m’a rarement contacté pour une autre raison, mis à part une fois pour de l’acting où il fallait que je me fasse passer pour une autre personne. Après, cela me va très bien dans la mesure où c’est le sexe et la sexualité diverse qui m’intéressent.

Quels sont les profils des femmes que tu rencontres ? J’imagine déjà très bien le profil de la femme mûre avec un bon statut social et beaucoup d’argent.

C’est sûr que ce profil de femmes représente une bonne partie de ma clientèle. Il faut avoir un peu de ressources économiques pour se payer un escort boy car c’est un vice qui n’est pas donné ! Je rencontre deux profils dans mon métier. La femme d’affaires entre 30 et 50 ans qui consacre sa vie à son travail et qui a envie de se faire plaisir et de penser à elle comme si elle s’offrait un massage. Et la femme de 50 ans et plus qui a consacré sa vie à ses enfants et qui ont mis leur corps, leur féminité et leur sexualité de côté et qui ont envie de reconnecter à leur corps. Ce deuxième profil cherche souvent à retrouver confiance, confiance en les hommes et/ou confiance en leur sexualité. Ces clientes sont intéressantes car il y a presque un rapport au soin avec elles.

Femme d'âge mûr ayant envie de faire appel à un escort boy.
Les femmes d’âge mûr sont la clientèle principale de Jules.
Privilégies-tu des femmes qui t’attirent physiquement ?

Non, je rencontre vraiment tous types de profils. D’ailleurs, je me suis rendu compte en faisant ce métier qu’il me permet de rencontrer des profils de femmes que je ne rencontrais pas avant, par exemple la femme de 55 ans avec des rondeurs bien assumées. Je me rends compte que le corps et l’esthétique sont peu importants dans le fait de bien faire l’amour et d’être connecté à quelqu’un. Quand je rencontre une femme, c’est plus une rencontre autour d’un corps qui parle plutôt que d’un visuel au préalable agréable.

Comment ça se passe après la première prise de contact ?

Je fais toujours un appel téléphonique, voire un appel vidéo, afin de discuter des envies, fantasmes et limites de la personne. Cet appel me permet de savoir si l’on peut se correspondre avant de se rencontrer. Certaines femmes savent ce qu’elles veulent, d’autres non.

Et quand une femme ne sait pas ce qu’elle veut, que fais-tu ?

Je lui propose des choses. J’essaie de comprendre quelles sont les choses qui l’excitent, si c’est la douceur et la sensualité, ou plutôt un rapport plus animal, voire du côté de la soumission et de la domination. Les possibilités – et accessoires – sont infinis…

Tu proposes aussi de réaliser des fantasmes. As-tu des exemples de fantasmes qui reviennent souvent ?

Le fantasme de réaliser un plan à trois avec le mari revient souvent, en sachant qu’étant donné que je suis complètement hétéro, c’est vraiment madame qui sera au centre de l’attention. Beaucoup aussi veulent faire du candaulisme, c’est-à-dire regarder leur femme en train de faire l’amour avec un autre homme devant eux.

Y a-t-il un fantasme qui t’a marqué dans ceux que tu as réalisé ?

Je pense à une femme qui voulait se faire attacher et se sentir comme une proie. Elle avait envie de se faire prendre en photos pour son compagnon qui travaillait à l’autre bout du monde. Donc on a joué à ça, à faire l’amour et évidemment à envoyer des photos à son copain.

Chambre d'hôtel pour une rencontre avec un escort boy.
Les rendez-vous se passent généralement à l’hôtel ou chez la personne.
Comment te sens-tu après les rendez-vous ?

Je me sens bien quand ça se passe bien mais en réalité, ça se passe toujours bien ! J’ai souvent une belle connexion avec les femmes que je rencontre. D’ailleurs, le minimum de temps que je passe avec elles est deux heures pour justement avoir un temps d’échange en amont et un temps pour redescendre ensuite après avoir partagé un moment fort. J’évite les profils de femmes qui sont dans de la consommation rapide de sexe et j’ai beaucoup de clientes régulières.

Ton métier affecte-t-il ta vie privée et sexuelle ?

Pas vraiment. Etant donné que je me limite à un ou deux rendez-vous par semaine, j’ai un bon équilibre entre le travail et ma vie privée. Je reste aussi relativement discret avec mes clientes dans le sens où je ne leur parle pas de ma vie pour ne pas qu’il y ait une trop grande connexion.

Justement, quel est le juste milieu ? Il faut quand même un minimum de connexion pour avoir un rapport intime mais pas trop pour ne pas que la personne s’attache à toi.

Il faut déjà en effet réussir à mettre à l’aise rapidement la personne puisqu’on va très vite à l’intimité et à la sexualité. Mais je suis assez doué pour ça ! Et après, c’est sûr qu’à travers les discussions, on se connaît de plus en plus et parfois, ce n’est pas si évident de garder son intimité à côté. Mais il ne faut pas non plus que la personne s’attache. Cela peut évidemment arriver et j’imagine que dans ce cas, il faudrait sans doute arrêter la relation avant que les choses aillent trop loin.

Tu vis complètement de cette activité aujourd’hui ?

Non, elle reste un à-côté. Je n’ai de toute façon pas envie de faire que ça. Déjà, ça prend pas mal d’énergie et j’ai envie de continuer d’avoir du temps pour faire de la musique. Après, j’aimerais bien développer des partenariats avec des sexologues.

Dans quel sens ?

En complément du médecin, qui est finalement beaucoup dans le dialogue. Il pourrait y avoir ensuite un besoin de pratique et de contact, ce qui peut être le travail d’un escort que de prendre le relai et de mettre en place des exercices pour décoincer certains blocages.

https://jules-escort-boy.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut